Studio (Fr), December 1995

Keanu Reeves, Enigma

(Translated from French)

by Michel Rebichon

He is the pinup boy of 'Johnny Mnemonic' of Robert Longo and, soon, in 'Gathering the Grapes of Fire' [AWITC] of Alfonso Arau. From the cyberpunk thriller to a film of romantic love, Keanu Reeves is still following a confusing course. Who is he? Where is he going? What does he want? A revealing interview.

His only bag: a suitcase which he drags from hotel to hotel. His only real possessions: a bass guitar on which he struggles at the core of his band, Dogstar, and two enormous Norton Commando motorcycles which allow him to swallow up, at top speed, miles and miles of asphalt... At 31, Keanu Reeves has not yet decided to settle down, in either the traditional sense or figuratively. No fixed address, no permanent relationships, no indecorous behavior.

It's what he wants, it's what he's looking for, it's what he's entitled to, liberty, curiosity, the praise and experiences, the guy who leapt from the airborne bus with such swiftness from 'Speed' into the tights of 'Hamlet' in the theater, moving from futuristic action roles ('Johnny Mnemonic') to old-fashioned romantic roles 'A Walk in the Clouds,' and leaving behind him decibels or mph in order to cover his tracks even better...

Nevertheless, despite his image as a rebel and nonconformist, Keanu Reeves is a polite young man, cultivate, and attentive. The proof.

-- In what way did the phenomenal success of 'Speed' change your life and your approach to your craft?
Keanu Reeves: Withdrawing helped me to analyze the situation. It is true that with 'Speed', for the first time, I had a box office success, and I was very happy because it mattered to me that it was an action movie, which to my mind was a little more subtle than those usually made in Hollywood. Of course, once the business people saw the numbers, their first reaction was to offer me more action films, absolute copies, only not nearly as good...

...and it also inevitably got you better pay...
Keanu Reeves:
Yes. That's how Hollywood works. That being said, I haven't gotten $7 million for a movie despite what you read everywhere. This $7 million was offered to me for one picture, but I refused it because I never intended to become the 'new action hero'! 'Speed', in fact, above all helped me to be taken seriously, enabled me to choose my projects, to support other ones, and to choose where and with whom I would work, if I played my cards right. Besides, it is due to the support of Fox that I fell into A Walk in the Clouds, where I met Alfonso Arau and was able to help make the film happen. The same thing for 'Johnny Mnemonic' with Robert Longo.

-- 'Johnny Mnemonic' has not lived up to its expected success in the US...
Keanu Reeves: Because the film was sabotaged! For me the cyberpunk hero is not an action hero, far from it. TriStar completely botched the editing of 'Johnny Mnemonic' in order to make an action film, a summer film, a fast-food movie, rather than what Robert Longo, a complete artist, disciplined, bold, had created, a good futuristic thriller. Robert is nevertheless the only one who has been able successfully to convince the writer William Gibson to give over the rights to adapt one of his novels for the screen. In fact, one has to kiss [so much ass] as I have never been able to do, and it's why I am never going to become a powerful figure in Hollywood! (laughs.) I don't have a ring with a magic stone that gives off a green beam -- the famous 'green light' -- which makes the world bow to my orders.

-- This stature, does it truly interest you?
Keanu Reeves: Frankly, no. My priority is to act, act, act. I have an insatiable appetite. I believe that if I didn't act, I would die. Acting makes me free and happy. Alive. I do not believe that I would be able to pursue this craft for long if the only motive were for recognition or money. In A Walk in the Clouds, I had the chance to costar with Anthony Quinn. In talking with him, I understood that the sacred fire never leaves you. He has been a huge star and he has known his lean periods when he was unable to find any work, but he has always preserved his passion for the craft of acting, and I, I understand that it will never leave me either. I love the process of researching a part, its physical preparation, psychological; I love pushing my emotions to the edge, to search into my soul for my most profound emotions; I love the rush I get when I have to live the life of someone else. Acting, it's like making love, except that it lasts longer. (laughs.)

-- Is this the reason that you decided to play 'Hamlet' on the stage, in Canada?
Keanu Reeves: Hamlet is THE absolute role, the role of which every actor dreams. Everybody told me: 'But, cheri, you can play Hamlet until you are fifty!' That's false! I would have loved to have played him when I was 18, it is the part of a young man for a young actor. It is complete: love, rage, confidence, doubt, treason, desire, spirituality... It is the greatest western drama, with the exception, perhaps, of the life of Christ. To me, none of the film versions of 'Hamlet' have shown this. None. Our version, to us onstage, conspicuously emphasized the emotion in the pure tragedy... It was a landmark experience for me, morally and physically, so that I left each night exhausted, shattered, as if I had been washed in lye. Between scenes I would rush backstage and 'recharge' with oxygen from a tank. (laughs.) Robert Benson -- who played Polonius -- taught me this trick, and believe me, it was extremely helpful, especially for someone like me, who took his first puff at 13! Anyway, after 'Hamlet,' I decided to quit smoking completely. And it's truly very very difficult!

-- Have you seen the 'Hamlet' of Ralph Fiennes in New York?
Keanu Reeves: Absolutely! I was on my ass, because Ralph stayed onstage straight through the fifth act! It's strange, once you've played 'Hamlet,' you want to meet those who have also played him, it's like a private club, so that you can share the experience...

-- Fans from all over the world went to Winnepeg to see you. Did that move you?
Keanu Reeves: So long as they don't arrive with a knife, a gun, poison, or voodoo, it doesn't bother me! (laughs.) Seriously, I found it very flattering that people made the trip and appreciated my performance. It's great, very cool.

-- It was at this moment that the American press announced your marriage to David Geffen (*the recording millionare and partner of Spielberg and Katzenberg who founded DreamWorks*)...
Keanu Reeves: A guy I'd never even met! Yes, this 'news' fell on me during 'Hamlet.' I hate this dammed rotten press, they are capable of inventing absolutely anything. Here: 'Keanu Reeves marries a guy.' Also, another example: 'He attended the birth of a child which he had with a Martian.' They made it up! This kind of press, which has nothing to envy when compared to the British tabloids, is a genuine evil. For us, for actors, for anyone in public life, journalists are allowed to ask every question, no matter how pernicious! They want to know who you're sleeping with, how much your house cost, if you are an alcoholic, etc., etc. There are still journalists today bold enough to ask me to talk about River (Phoenix, his friend and costar in 'My Own Private Idaho') and they ask me to speak of our friendship in three minutes, hoping that I am going to snap so that they will have something juicy to write about. Nothing is respected, they nose around about everything, my sister's illness, my cycle rides, my barhopping... everything. Since I have nothing against gays, my first reaction, when this marriage was first mentioned, was, screw it, just ignore this shit, but my agent and my manager insisted on putting out a press release in which I needed to explain myself on the subject of this rumor, that was the absolute limit!

-- Does it seem to you that the only solution is to retire from public life until this stops and things turn around?
Keanu Reeves: It would be the simplest thing to do, but I am not going to deprive myself simply because I have the paparazzi up my ass. At any rate, I have made the decision not to read articles that concern me. I scan the critics occasionally, but that's it.

-- The fact that you play in a rock band is another reason you are exposed...
Keanu Reeves: If there's anything I've enjoyed from the first, since I was twenty, it's the sound of the bass guitar... I taught myself to play. The exceptional physical rapport that you have with this instrument is very seductive. Because of this, I pulled together some friends and we started our group: Dogstar. We've given several concerts and it seemed to work in the forty locations where we played. At first, I felt a little as if I were intruding in the music world, but after four or five years, I feel... comfortable, accepted. So, we did a tour in Japan and then really pushed on a tour to the four corners of America, it was truly super. Free beer, picking up women, going to bed late, getting up late...

-- It's been said that your tour in Japan was a mistake. Don't you think that essentially, the audience comes to the concert in order to see you, you, above all?
Keanu Reeves: (a pause.) You've got to play loud, and I think that very quickly our decibels make them forget about my ass. (laughs.) Having said that, our tour in Japan and the reception we received was truly exceptional. I had already been there when they released 'Dracula,' in a house that Coppola had there, but I never thought that the Japanese would be so outgoing, so demonstrative.

-- Are you going to release an album?
Keanu Reeves: It's being discussed... I think that we need a little more practice and experience, and our repertoire isn't quite ready for that.

-- Do you write the songs?
Keanu Reeves: I have written one: 'Isabel.' It's a ballad, and I was inspired by a friend's little girl. I've told about her birth, her first step... Now, Isabel is now three-and-a-half, I am going to sing about her first tooth! (laughs.) For now, I am writing only lyrics, but before I try to sing, I need to make much more progress, it is my Virgo side!

-- What do you mean when you say 'it is my Virgo side'?
Keanu Reeves: The dominant traits of my astrological sign, which are the concern for order and perfectionism. I see what's good, I see what's bad and I see when it doesn't all come together. There's a certain amount of masochism in this need for total control, but... it is very strong in me. I think that for each person, one's innate nature takes over... I am sure that we try to break away from our chains or our times and the elements influence our destiny. In most other respects, it doesn't matter that we don't have free will. My own need manifests itself by this meticulousness which is quite useful to me in my work. In fact, actually, Hamlet said the same thing, and much better than I! (laughs.)

-- What frightens you?
Keanu Reeves: Getting old! And... it didn't really bother me when I turned thirty, but the prospect of turning forty one day, fucks me with fear... Perhaps this is true for everyone, and once you get to the next decade, the fear works itself out.

-- What do you look forward to?
Keanu Reeves: Unexpected encounters, love affairs, diversity. I love being able to go from Gus Van Sant to Jan De Bont, from 'Point Break' to 'Little Buddha,' from 'Dracula' to 'Much Ado About Nothing.' Above all, I don't want to be stuck in one genre; to keep doing the same thing. That's why after 'Speed' -- which was a pure and direct action film -- I moved into the sophisticated world of cyberculture with 'Johnny Mnemonic,' then onto a romantic film like A Walk in the Clouds...

-- But romantic roles don't seem to be for you -- like Brad Pitt with 'Legends of the Fall' -- a required course?
Keanu Reeves: But I have already done this genre, with 'Aunt Julia and the Sciptwriter,' [Tune in Tomorrow], in which I worked with Peter Falk and Barbara Hershey. Nevertheless, no one ever seems to remember that! When A Walk in the Clouds was released in the United States, the first poster was troubling because obviously, the publicists tried to attract the public with a huge closeup of my face and in the very same colors as [the poster from] 'Legends of the Fall,' practically. That just made me uncomfortable and I made them change it. It wasn't necessary to overdo it, after all. Anthony Quinn, Giancarlo Giannini, Aitana Sachez-Gijon, were all with me, I didn't make the film all by myself, for crying out loud! The part that hooked me in this romantic story was that its basic principle was that the people were fundamentally good and shared the same moral values. It is a little out of date and that pleased me greatly. I found very beautiful, very moving that this solder who is worn down from Japan decides, when he meets this pregnant girl, to pretend he is the father of her baby, to his cost... The end of A Walk in the Clouds is much happier than that of the Blasetti film ('Four Steps in the Clouds' released in 1942), which was its inspiration. The first film belonged in the vein of neo-realism whereas in this one, Alfonso Arau has played -- as in 'Spices of Passion' ['Like Water for Chocolate'] -- in the manner of 'magical realism' which one can find in the books of Garcia Marquez, for example. As long as the need for money isn't very important, I am can do totally different things and I am very pleased to have been able to make that film.

-- So there's really nothing in A Walk in the Clouds that links it to 'Feeling Minnesota' which you just finished?
Keanu Reeves: No, except that it's a romantic comedy... black. The film is directed by Steven Baigelman. I have as my brother Vincent D'Onorio who marries Cameron Diaz ('The Mask') because she owes a debt; but the day of their wedding, I fall madly in love with my brother's future wife and we just take off. It's an odd and risky film.

-- You were, for a brief time, being under consideration for the part of Angelo in 'The Hussard on the Roof' of Jean-Paul Rappaneau. Why didn't that work out?
Keanu Reeves: I cried when I found out I couldn't do it! I love the novel, I love the character of Angelo, who is not unlike Paul Sutton in A Walk in the Clouds... Angelo, his fiery allure, his sense of honor, the care with which he carries his boots, his cigarettes... That sublime scene where he gets drunk with Pauline, where he desires her, but won't touch her because she is married. A perfect role, truly. I worked like a madman with my French tutor, I knew by heart the dialogues in the scenes which I was sent... (And he launches into a tirade, in French, on the scene of the meal)... But it wasn't to be and it was very sad...

-- Sad in what way?
Keanu Reeves: Because one fine day, I received a letter from the producer, Rene Cleitman which said: 'It is with regret that we must replace you.' I was ready to go to France and demand from Rappeneau: 'Why? Why? Why?' Not to be aggressive, but simply to know. Rappeanau is such a refined person, that he subjugated me by the quality of his spirit when we met and I had hoped, I had a tiny little hope, that we would be able to work together. While I very much wanted to play the part, and I was disappointed that it fell apart, I was so flattered that Jean-Paul Rappeneau even thought of me to play it and I was very honored to meet him.

-- Are you familiar with French culture?
Keanu Reeves: I regret that I cannot read written French, but I really love the literature and the French classics. I love Racine's turn of phrase, I love 'Night Voyage' by Celine, 'Jacques, the Fatalist' by Diderot. I love Alfred Jarry and his 'murder' [?] not to be confused with '[French word, beginning with 'm' and meaning dog poopy-doo-doo]', right?! (laughs.) The language, the ideas... It is powerful, the words... I would love to act in Latin, although I didn't do very well in class, in Canada...

-- Now that's something that would astonish your fans, the guy who rides too fast on his motorcycle or with a guitar in his hand, who wants to study the classics...
Keanu Reeves: People draw their own conclusions based on my appearance. And it's true that my public persona -- or rather the image which the public has of me -- has truly colored the interpretation of my work, especially from my early roles where they saw me as a sort of airhead with pea soup for brains. I am aware of having a 'taste', a look, a very specific style, which people love or hate intensely, but none of them truly know me.

-- When one meets those who have worked with you, they all speak of your innocence. How, after 22 films, do you manage to convey that?
Keanu Reeves: Maybe it's all just an act? (laughs.) Seriously, it is true that the common thread in all the characters I've created thus far have some degree of innocence, the opposite of that I just said, trying now not to confuse my roles and my self... And if intimately, I am innocent, it is because I had the chance to hang around with people who have nothing to do with show business, that I haven't developed a big head, that above all, I haven't become the star, that I work hard, conscientiously, and that I know that life is not always rosy. Unless I become a hypocrite, I will never forget that at one point, my only job was sharpening ice skates. Voila!



In its original French:

Keanu Reeves - L'Enigme

by Michel Rebichon

Il est à l'affiche de Johnny Mnemonic de Robert Longo et, bientôt, dans Les vendanges de feu d'Alfonso Arau. Du thriller cyberpunk au film d'amour romantique, Keanu Reeves n'en finit pas de brouiller les pistes. Qui est-il ? Où va-t-il ? Que veut-il ? Interview-vérité.

SON SEUL BAGAGE: Une valise qu'il trimballe d'hôtel en hôtel. Ses seuls véritables biens: une guitare basse sur laquelle il se démène comme un fou au sein de son groupe, Dogstar, et deux énormes Norton Commando, qui lui permettent d'avaler, à toute allure, des kilomètres et des kilomètres de bitume... A trente et un ans, Keanu Reeves n'a toujours pas choisi de s'installer, au sens propre comme au sens figuré. Pas d'adresse fixe, pas de relations suivies, pas d'étiquette indécollable. Ce qu'il veut, ce qu'il cherche, ce qu'il privilégie, ce sont la liberté, la curiosité, l'exaltation et les rencontres, qui le font sauter du bus lancé à grande vitesse de Speed dans les collants de Hamlet au théâtre, passer des rôles d'action futuriste (Johnny Mnemonic) à des rôles d'amoureux à l'ancienne (Les vendanges de feu, sortie le 20 décembre) et se défoncer à coup de décibels ou de kilomètresheure comme pour mieux brouiller les pistes... Toutefois, au-delà de son image de rebelle et d'anticonformiste, Keanu Reeves est un jeune homme tendre, cultivé et attachant. La preuve.

- En quoi le succès phénoménal de Speed a-t-il modifié votre carrière et votre appréhension du métier?
Keanu Reeves -
Le recul m'a aidé à analyser la situation. il est vrai qu'avec Speed, pour la première fois, j'ai cartonné au box-office et j'en ai été heureux, parce qu'il s'agissait d'un film d'action à mon sens un peu plus subtil que ce qui se fait couramment à Hollywood. Bien sûr, dès que les gens du business ont vu les chiffres, leur première réaction a été de me proposer d'autres films d'action, forcément copiés, forcément moins bien...

-...et forcément mieux payés aussi...
Keanu Reeves -
Oui. C'est ainsi que fonctionne Hollywood. Cela dit, je n'ai encore jamais touché 7 millions de dollars pour un film, comme on l'a raconté un peu partout. Ces 7 millions, on me les a offerts pour un film, mais je l'ai refusé parce que je n'avais pas envie de devenir le "new action hero"! Speed, en fait, m'a surtout aidé à être considéré comme un vrai interlocuteur, comme quelqu'un capable d'apporter des projets, d'en pousser d'autres et de choisir où et avec qui je voulais conduire ma barque. C'est d'ailleurs grâce à la Fox que je suis tombé sur le projet des Vendanges de feu, que j'ai rencontré Alfonso Arau et qu'on a pu monter le film. Même chose pour Johnny Mnemonic avec Robert Longo.

- Johnny Mnemonic n'a pas remporté aux Etats-Unis le succès escompté...
Keanu Reeves -
Parce que le film a été sabordé ! Pour moi ce héros cyberpunk n'est pas un fier-à-bras, loin de là. TriStar a complètement trituré le montage de Johnny Mnemonic pour en faire un film d'action, un film d'été, un film fast-food, alors que Robert Longo, artiste complet, rigoureux, audacieux, avait réalisé un bon thriller futuriste. Robert est quand même le seul à avoir réussi à décider l'écrivain William Gibson de céder les droits d'adaptation d'une et ses nouvelles au cinéma! En fait, on s'est fait baiser et je n'ai rien pu faire, comme quoi je n'ai pas encore véritablement le statut d'un puissant à Hollywood ! (Rires.) je n'ai pas une bague avec une pierre magique qui diffuse un rayon vert - le fameux "green light" -, qui fait plier tout le monde à ses ordres. (Rires.)

- Ce statut vous intéresse-t-il vraiment?
Keanu Reeves -
Franchement, non. Ma priorité, c'est jouer, jouer, jouer. J'ai un appétit insatiable. Je crois que si le n'étais pas un acteur, je mourrais d'ennui. jouer me rend libre et heureux. Vivant. Je ne crois pas qu'on puisse faire longtemps ce métier si l'on n'est motivé que par la gloire ou l'argent. Dans Les vendanges de feu, j'ai eu la chance d'avoir pour partenaire Anthony Quinn. En discutant avec lui, j'ai compris que le feu sacré ne vous quittait jamais. Il a été une immense star et il a connu des années de vaches maigres où il ne tournait pas, mais il a toujours gardé sa passion pour le métier d'acteur, et moi, j'ai compris que ça ne me quitterait jamais. J'aime le processus de recherche pour un rôle, sa préparation physique, psychique; j'aime pousser mes émotions au plus loin, aller les chercher au plus profond de moi-même; j'aime cette exaltation qui m'oblige à rentrer dans la vie d'un autre. jouer, c'est comme faire l'amour, sauf que ça dure plus longtemps! (Rires.)

- C'est pour cette raison que vous avez décidé de jouer Hamlet au théâtre, au Canada?
Keanu Reeves -
Hamlet c'est LE rôle absolu, le rôle dont tout acteur rêve. Tout le monde te dit: "Mais chéri, Hamlet tu peux le jouer jusqu'à cinquante ans!" C'est faux! J'aurais dû le jouer à 18 ans, c'est un rôle de jeune homme pour jeune acteur. C'est un pied total: amour, rage, confiance, doute, trahison, désir, spiritualité... C'est le plus grand drame occidental avec, peut-être, la vie de Jésus-Christ. A mon avis, aucune des versions cinématographiques d'Hamlet n'a su rendre ça. Aucune! Notre version, à nous, au théâtre, mettait davantage en évidence le sentiment de revanche que la tragédie pure... C'était une expérience limite, moralement et physiquement, dont le sortais chaque soir exténué, crevé, lessivé. Entre les scènes, le filais en coulisses et je me "rechargeais" avec un masque à oxygène. (Rires.) Robert Benson - qui jouait Polonius - m'avait donné le truc et, croyez-moi, c'est très efficace, surtout pour un type comme moi, qui a tiré sur sa première clope à l'âge de 13 ans! Du coup, après Hamlet, j'ai décidé d arrêter complètement de fumer. Et c'est réellement très très dur!

- Avez-vous vu le Hamlet de Ralph Fiennes à New York?
Keanu Reeves -
Bien sûr! J'étais sur le cul, parce que Ralph restait sur scène jusqu'au cinquième acte! Bizarrement, quand on a joué Hamlet, on a envie de rencontrer ceux qui l'ont joué aussi, comme un club privé, pour partager notre expérience...

- Des fans du monde entier ont débarqué à Winnipeg pour vous admirer. Ça vous a touché?
Keanu Reeves -
Du moment qu'ils ne débarquent pas avec un poignard, un flingue, du poison ou du vaudou, ça ne me gêne pas! (Rires.) Plus sérieusement, je trouve ça très flatteur que des gens aient fait le voyage et apprécié ma performance. C'est agréable, un public cool.

- C'est à ce moment-là que la presse américaine a annoncé votre mariage avec David Geffen (le milliardaire du disque et le partenaire de Spielberg et Katzenberg au sein de DreamWorks)...
Keanu Reeves -
Un mec que je n'ai même jamais rencontré ! Oui, cette "nouvelle" m'est tombée dessus pendant Hamlet. je hais cette putain de pourriture de presse, ils sont capables d'inventer n'importe quoi. Là, c'était: "Keanu Reeves épouse un mec." Bientôt, ce sera par exemple: "Il attend la naissance de l'enfant qu'il a eu avec une Martienne." N'importe quoi! Ce genre de presse, qui n'a plus rien à envier aux tabloïds anglo-saxons, est une vraie plaie. Comme nous, acteurs, sommes des personnes publiques, les journalistes se permettent toutes les questions, même les plus pernicieuses! Ils veulent savoir avec qui vous baisez, savoir combien coûte votre maison, savoir si vous êtes alcoolique, etc. etc. Il y a encore aujourd'hui des journalistes qui osent me parler de River (Phoenix, son ami et partenaire dans My Own Private Idaho) et me demandent de parler de notre amitié en trois minutes, en espérant que je vais craquer pour que ce soit plus juteux encore. Rien n'est respecté, ils fouinent partout, sur la maladie de ma sœur, sur mes promenades à moto, sur mes sorties en boîte... partout. Comme je n'ai rien contre les gays, ma première réaction, lorsqu'on a parlé de ce mariage, a été de m'en foutre et d'ignorer cette merde, mais mon agent et mon manager m'ont demandé de faire un communiqué dans lequel j'ai dû me justifier au sujet de cette rumeur, ce qui est tout de même un comble!

- Est-ce que cela signifie que la seule solution est de se retirer du monde dès que vous arrêtez de tourner?
Keanu Reeves -
Ce serait la plus simple, mais je ne vois vraiment pas pourquoi je me priverais de vivre, tout simplement parce que j'ai des paparazzi au cul. De toute façon, j'ai pris la décision de ne plus lire les articles me concernant. le jette un œil sur les critiques quelquefois, mais c'est tout.

- Le fait que vous fassiez du rock, c'est une autre façon de vous exposer...
Keanu Reeves -
Ce qui me plaisait au départ, je devais avoir dans les vingt ans, c'était le son de la guitare basse... J'ai appris à en jouer. Le rapport physique exceptionnel qu'on entretient avec son instrument m'a encore plus séduit. Par la suite, j'ai rencontré des potes et on a monté notre groupe: Dogstar. On a donné quelques concerts et ça a semblé plaire aux quarante pékins qui se présentaient. Au début, le me suis senti un peu comme un intrus dans ce milieu, mais depuis quatre ou cinq ans, le me sens... à l'aise et accepté. Là, on revient d'une tournée au lapon et on a bourlingué aux quatre coins de l'Amérique, c'était vraiment super. On a des bières gratuites, on drague les filles, on se couche tard, on se lève tard...

- On dit que votre tournée au lapon a fait un malheur. Ne pensez-vous pas que le public vient essentiellement au concert pour vous voir, vous, d'abord?
Keanu Reeves -
(Un temps.) Ça doit jouer forcément, mais je crois que, très vite, nos décibels font oublier ma tronche. (Rires.) Cela dit, notre tournée au Japon et l'accueil qu'on y a reçu ont été vraiment exceptionnels. J'y étais déjà allé quand on répétait Dracula, dans la maison que Coppola possède là-bas, mais je ne pensais pas que les Japonais pouvaient être aussi extravertis, aussi destroys.

- Vous allez enregistrer un disque?
Keanu Reeves -
On est en pourparlers... le crois qu'on a encore besoin d'un peu de pratique et puis, notre répertoire n'est pas si étendu que ça.

- Vous écrivez des chansons?
Keanu Reeves -
J'en ai écrit une: Isabel. Une chanson-fleuve que m'a inspirée la fille d'une amie. J'ai raconté sa naissance, ses premiers pas... Maintenant, Isabel a trois ans et demi, je vais raconter sa première dent! (Rires.) Pour l'instant, l'écris surtout des paroles, l'essaie aussi de chanter, mais le dois faire encore pas mal de progrès, c'est mon côté Vierge!

- Qu'est-ce que ça veut dire "mon côté Vierge"?
Keanu Reeves -
Les dominantes de mon signe astral, qui sont le souci de l'ordre et le perfectionnisme. Je vois ce qui est bien, le vois ce qui est mal et je vois quand ça ne colle pas. Il y a certainement du masochisme dans ce besoin de contrôle total, mais... c'est plus fort que moi! Je pense que chacun, avec sa propre personnalité, appartient à un tout qui nous transcende. je suis sûr que nous faisons partie d'une chaîne où le temps et les éléments influencent notre destin. Ça ne signifie pas d'ailleurs qu'on n'ait pas de libre arbitre. Le mien se manifeste par cette méticulosité qui ne peut que m'être très utile dans mon métier. En fait, tout ça, Hamlet le dit aussi, et bien mieux que moi! (Rires.)

- Qu'est-ce qui vous fait peur?
Keanu Reeves -
Vieillir! Enfin... disons que je n'ai pas flippé quand j'ai eu trente ans (il est né en 1964), mais la perspective d'en avoir quarante, un jour, me fout la trouille... Peut-être est-ce pour tout le monde pareil et, que lorsqu'on est près de basculer dans une autre décennie, on s'en arrange.

- Qu'est-ce qui vous fait avancer?
Keanu Reeves -
Les rencontres fortuites, les coups de cœur, la diversité, J'aime pouvoir passer de Gus Van Sant à Jan De Bont, de Point Break à Little Buddha, de Dracula à Beaucoup de bruit pour rien. Je ne veux surtout pas me cantonner dans un genre; on s'y endort. C'est pourquoi après Speed - qui était un film d'action pur et dur, j'ai glissé dans l'univers sophistiqué de la cyberculture avec Johnny Mnemonic, puis dans un film romantique comme Les vendanges de feu...

- Mais ces rôles romantiques ne sont-ils pas pour vous - un peu comme pour Brad Pitt avec Légendes d'automne -, un parcours obligé?
Keanu Reeves -
Mais l'avais déjà donné dans ce genre-là, avec Tante Julia et le scribouillard, où je jouais aux côtés de Peter Falk et Barbara Hershey. Et pourtant, personne ne semble s'en souvenir! Quand Les vendanges de feu est sorti aux Etats-Unis, la première affiche était affligeante parce que, manifestement, les publicitaires tentaient de récupérer tous les publics avec ma gueule en gros plan et des couleurs très Légendes d'automne, justement. Là, je me suis énervé et je l'ai fait changer. Faut pas charrier, quand même. il y a Anthony Quinn, Giancarlo Giannini, Aitana Sanchez-Gijon avec moi, je n'ai pas fait ce film tout seul, bon sang! Dans cette histoire romantique, ce qui m'a accroché, c'est le parti pris de base, comme quoi les gens sont foncièrement bons et partagent des valeurs morales. C'est un peu à contre-courant et c'est ce qui me plaisait justement. le trouve très beau, très émouvant, que ce soldat qui s'est battu au lapon décide, quand il rencontre cette fille enceinte, de prendre la paternité du gosse à son compte... La fin des Vendanges de feu est plus heureuse que celle du film de Blasetti (Quatre pas dans les nuages, sorti en 1942) dont il s'inspire. Le premier appartenait à la veine néoréaliste tandis que là, Alfonso Arau a joué - comme dans Les épices de la passion - sur le mode du "réalisme magique" qu'on peut trouver dans les bouquins de Garcia Marquez, par exemple. Tant que le besoin d'argent ne me poussera pas à accepter n'importe quoi, je m'arrangerai toujours pour faire des choses totalement différentes et le suis très content d'avoir fait ce film-là.

- Les vendanges de feu n'a donc rien à voir avec Feeling Minnesota avec lequel vous avez enchaîné?
Keanu Reeves -
Non, puisque là, il s'agit d'une comédie romantique... noire. Le film est réalisé par Steven Baigelman. J'ai pour frère Vincent D'Onofrio qui épouse Cameron Diaz (The Mask) parce qu'elle a une dette envers lui; mais le jour de leur mariage, je tombe amoureux fou de la future femme de mon frangin et on s'enfuit avec une ribambelle de dingues à nos trousses, Un film drôle et méchant.

- Vous aviez, pendant un temps, été pressenti pour incarner Angelo dans Le hussard sur le toit de Jean-Paul Rappeneau. Pour quelles raisons cela ne s'est pas fait?
Keanu Reeves -
J'ai pleuré quand j'ai su que je ne le ferais pas ! J'adore le roman, j'adore le personnage d'Angelo, qui n'est pas d'ailleurs sans me rappeler celui de Paul Sutton dans Les vendanges... Angelo, son allure fière, son sens de l'honneur, le soin qu'il porte à ses bottes, à ses cigarillos... Cette scène sublime où il se soûle avec Pauline, où il a envie d'elle mais ne la touche pas parce qu'elle est mariée... Un rôle su-bli-me, vraiment. J'ai bossé comme un fou avec mon prof de français, le connaissais par cœur le dialogue des scènes qu'on m'avait envoyées... (Et il se lance dans une tirade, en français, sur la scène de la soupe)... Mais ça ne s'est pas fait et ça a été très douloureux...

- Douloureux en quoi?
Keanu Reeves -
Parce qu'un beau jour, j'ai reçu une lettre du producteur René Cleitman qui disait: "Ce n'est plus la peine de vous déplacer." J'aurais dû aller en France et demander à Rappeneau: "Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi?" Pas par agressivité, mais tout simplement pour savoir. Rappeneau est quelqu'un de très raffiné, qui m'a subjugué par la qualité de son esprit quand nous nous sommes rencontrés et j'avais un espoir, un tout petit espoir, qu'on pourrait travailler ensemble. Même si le voulais à tout prix jouer ce rôle que je n'ai pas décroché, le dois reconnaître que j'ai été très flatté que Jean-Paul Rappeneau ait pensé à moi pour l'interpréter et très honoré de le rencontrer.

- Vous êtes familier de la culture française?
Keanu Reeves -
Je regrette de ne pouvoir lire en français dans le texte, mais c'est vrai que j'aime beaucoup la littérature et les classiques français. J'adore les tournures de phrases chez Racine, j'adore Voyage au bout de la nuit de Céline, Jacques le Fataliste de Diderot. J'adore Alfred Jarry et son "merde" à ne pas confondre avec "merde", n'est-ce-pas?! (Rires.) Le langage, les idées... C'est formidable, les mots... J'adorerais pouvoir jouer en latin, d'ailleurs je n'étais pas mauvais en classe, au Canada ...

- Voilà qui va étonner pas mal de vos fans, qui vous voient plus sur une moto ou avec une guitare à la main, qu'en train de lire des classiques...
Keanu Reeves -
Les gens s'arrêtent trop souvent au stade de l'apparence. Et c'est vrai que ma personne publique - ou plutôt l'image que se fait de moi le public - a vraiment coloré l'interprétation de mon travail, surtout à mes débuts où on me voyait comme une espèce d'hurluberlu avec un petit pois dans la tête. le suis conscient d'avoir un "goût", un look, un style bien spécifiques, que les gens aiment ou détestent carrément, même s'ils ne me connaissent pas vraiment.

- Quand on rencontre les metteurs en scène qui ont travaillé avec vous, tous parlent de votre Innocence. Comment, après vingt-deux films, réussissez-vous à la conserver?
Keanu Reeves -
Peut-être est-ce tout simplement de la bêtise? (Rires.) Plus sérieusement, c'est vrai que le point commun entre tous les personnages que j'ai incarnés jusqu'ici est une forme d'innocence et, à l'inverse de ce que je disais précédemment, on commence maintenant à ne plus confondre mes rôles et moi-même... Et si, intimement, je suis innocent, c'est parce que j'ai la chance d'être bien entouré, que je côtoie des gens qui n'ont rien à voir avec le show-business, que je n'ai pas la grosse tête, que je ne veux surtout pas devenir star, que je bosse très consciencieusement et que je sais que la vie n'est pas forcément toujours rose. Lorsque l'ai le cafard, je me souviens qu'à un moment, mon seul boulot, c'était d'affûter des patins à glace. (Puis, en français:) Voilà!




Tagged:

Johnny Mnemonic , A Walk in the Clouds , Dogstar , Speed , Hamlet , Fake Geffen Marriage and Related, The , My Own Private Idaho , Bram Stoker's Dracula , Point Break , Little Buddha , Much Ado About Nothing , Tune in Tomorrow... , Feeling Minnesota , Articles Translated from French






You need to be a member to leave comments. Click here to register.